La méthode pour arrêter de fumer

La seule difficulté, quand on veut arrêter de fumer, c’est de gérer l’état de manque. En fait, arrêter de fumer n’est pas une finalité. C’est la lutte contre la dépendance la finalité. Si j’ai intitulé cette méthode “Comment arrêter de fumer…”, c’est pour rester simple.

Le titre devrait être : “ÉTAT D’ESPRIT POUR SURMONTER LE MANQUE”, car de toutes les méthodes contre le tabagisme et la dépendance, celle-ci se focalise uniquement sur l’état d’esprit que l’on a quand on est en manque de cigarette.

Venons en aux faits : Je suis expert en gestion d’état de manque car j’ai arrêté de fumer une bonne trentaine de fois en 20 ans (estimation). C’est par cette succession de sevrages du tabac que j’ai appris à gérer ce moment de manque.

Si j’ai repris le tabagisme à mainte reprises, c’est pour mieux arrêter par la suite. Il m’est arrivé de reprendre la cigarette le temps d’un week-end, d’une soirée ou d’un voyage, tout en sachant devoir par la suite gérer mon état de manque pour arrêter à nouveau. Ce sont ces aller-retours entre dépendance à la nicotine et sevrage tabagique qui m’ont appris la technique pour arrêter la cigarette.

Ce parcours de fumeur qui s’arrête, qui recommence, qui s’arrête, n’est pas un exemple à suivre. Avec le recule, je me dis que j’ai dépensé beaucoup d’énergie dans ces aller-retours. Au moins ai-je vécu assez de fois l’état de manque pour pouvoir écrire dessus. Mais c’était beaucoup de travail, et j’aurais pu utiliser cette énergie différemment. Mon premier conseil, hors catégorie, pour arrêter de fumer serait donc de vous dire : Ne faites pas comme moi, arrêtez vous de fumer une fois pour toute, puis passez à autre chose.

La méthode que je vous propose pour arrêter de fumer est simple, naturelle, gratuite, rapide et facile. Il ne vous sera pas demandé de rentrer votre code de carte bancaire et je n’ai aucunement l’intention de vous vendre quoi que ce soit. Mon seul objectif est de diffuser cette méthode le plus largement possible car je sais qu’elle est efficace et qu’elle peut libérer toutes sortes de personnes de la dépendance au tabac.

Vous par exemple.

Je vous demande d’être attentif en lisant ce qui va suivre, car tout a son importance. Prenez 15 minutes,en étant bien concentré. Ce que j’ai à dire est simple, court, direct et vital.

C’est parti :

1) Focalisez votre attention sur l’état de manque.

Arrêter de fumer, c’est surmonter l’état de manque. Votre unique objectif : gérer le manque. Retenez ceci : Si vous ne gérez pas le manque, c’est le manque qui vous gère.
Quand vous avez envie de fumer, focalisez votre attention sur le manque. Observez cette sensation de manque et dites vous que c’est votre unique cible, votre seul centre d’intérêt. Observez cette sensation de manque apparaître, s’exprimer en vous, puis disparaître.
Dissociez complètement la cigarette de votre univers mental de non-fumeur. La cigarette on n’y pense plus, elle est loin déjà, hors champ, c’est plus le problème. Le problème, c’est de passer l’épreuve du manque.
Pas de dispersion, à ressasser votre histoire personnel avec la cigarette, à vous visualiser en train de fumer ou autre imagerie mentale . Si l’envie de fumer apparaît, faites le vide dans votre tête, et focalisez sur cette sensation de manque, c’est tout.
Ce conseil pour arrêter de fumer est très important car l’erreur fréquente, c’est d’être obsédé par la cigarette, de broder autour, de partir dans tous les sens, de se faire tout un film. STOP! Orientez la pensée sur la sensation de manque seule.
Quand l’idée de fumer apparaît en soi, se dire quelque chose comme “Bon, j’ai un état de manque à gérer, voyons voir ça…

2) Surmonter le manque dû au tabagisme est sans risque, simple, facile, gratuit, utile, indolore, rapide, mais c’est assez inconfortable.

Le manque est un ami qui vous veut du bien. L’erreur est de penser que le manque est quelque chose de méchant, compliqué, difficile, douloureux, etc.
Croyez moi : Le manque est un partenaire qui vous offre une victoire facile.
En réalité, n’importe qui peut surmonter le manque. Par contre, c’est souvent assez inconfortable.
Pensez à ces tâches sans risques, simples, faciles, gratuites, utiles, indolores, rapides mais inconfortables : sortir les poubelles, faire la vaisselle, payer ses factures, mettre le réveil le matin, se montrer aimable avec un grincheux, etc.
Gérer le manque est du même acabit. Gérer le manque est à la portée de tous, c’est simple, ça ne demande aucun talent particulier, ça ne fait pas mal, ça ne prend pas beaucoup de temps, c’est très utile, mais par contre, c’est pas très confortable (et ça tombe souvent au mauvais moment).
Quand le manque apparaît en soi, se dire quelque chose comme “Bon, j’ai un petit effort à fournir maintenant, je m’en charge…

3) Se penser en non-fumeur.

Erreur fréquente : se dire par exemple “Si je fume, alors je suis un idiot qui va mourir prématurément et qui l’aura bien mérité”.
Vous vous mettez dans la peau d’un fumeur, en plus vous vous menacez, vous vous dévaluez, vous vous faites du mal. C’est nul.
Penser en fumeur vient facilement, alors soyez vigilant. Les pensées type “si je fume je vais sentir mauvais”, “si je fume je risque une maladie”, “si je fume je vais perdre mon argent”, “si je fume je vais replonger”, etc. sont à bannir. Dites STOP !
Dès que vous sentez que vous vous mettez dans la peau d’un fumeur, dites STOP !
Conseil pour arrêter de fumer : focalisez votre attention sur votre état de non fumeur. Construisez vous une image mentale sans tabagisme, sans “si je fume alors…”.
Si un état de manque apparaît, centrez vous sur ce que vous avez obtenu en étant non-fumeur.
Se dire alors quelque chose comme “Quelle joie de savoir gérer l’état de manque, je suis libre, je respire bien, je prend soins de moi, j’ai plus d’argent pour me faire plaisir. L’ effort est si bien récompensé…

4) Se récompenser tous les jours.

En devenant non-fumeur, vous avez gagné du bien être physique, mais aussi de l’argent. Vous économisez 200€/mois sur les cigarettes en arrêtant de fumer ? Et bien, offrez vous 200€ de cadeau par mois pour vous récompenser. Et si vos revenus vous le permettent, doublez la mise, et offrez vous 400€ de cadeaux par mois !
Soyez généreux avec vous même quand vous arrêtez de fumer. Offrez vous des choses qui vous servent souvent, qui vous donnent de la joie, qui vous font vous sentir bien, qui vous passionnent, qui pimentent votre vie, et même si c’est déraisonnable, faites vous plaisir, obtenez votre paiement pour les efforts consacrés à apprendre à gérer le manque.
Tel non-fumeur s’offre une belle montre, tel autre consacre son gain à une nouvelle voiture, tel autre s’offre une séance de massage par semaine, tel autre décide de s’habiller plus luxueusement, tel autre achète les gadgets électroniques qu’il désire, tel autre se lance dans une collection de disque vinyle rare, tel autre s’offre un coach sportif, etc.
Payez vous !
Pensez à ce que vous vous offrez quand le manque se pointe.
Suivez ce conseil pour arrêter de fumer : Quand le manque apparaît en soi, se dire quelque chose comme “ Quelle chance de savoir surmonter le manque, en plus de l’amélioration physique je gagne telle et telle chose, et je vais gagner encore telle autre chose…

5) Le manque est physique.

L’état de manque est un phénomène physique. Il n’y a rien de psychologique dans le tabagisme. Le tabac joue sur le système hormonal, les endorphines en particulier, et ça influe sur l’humeur, d’où un état de manque quand on cesse de fumer.
L’erreur que l’on fait facilement est d’élaborer de grandes théories sur la sensation de manque, à base de psychanalyse, d’histoire familiale, de culpabilité sur la manière dont on a mené sa vie, de doute sur son état mental. etc. Pas de ça, STOP !
L’état de manque en période de sevrage est une gêne physique normale liée à la remise en place du système hormonal. Point.
Quand l’état de manque apparaît en soi, se dire que “C’est le manque. C’est physique, c’est normal, je gère, ça va passer”.

6) Le manque est juste et bon.

Amen. Même quand, niveau hormones, tout rentre dans l’ordre après quelques jours sans fumer, vous éprouverez parfois le manque dans la vie de tous les jours. C’est normal, tout le monde a cette sensation là. Le manque est un moteur de l’existence, et c’est une chance qu’on ai cette sensation, sinon nous stagnerions dans une satisfaction injustifiée.
L’ennuie, le stress, l’impatience sont des avatars de la sensation de manque et sont nécessaires à la vie. Ce sont des amis qui veulent votre bien, qui veulent vous faire réagir positivement, vous pousser à l’action. Alors agissez pour améliorer votre vie.
Quand le fumeur gère cette sensation de manque avec la cigarette (Un détournement court terme qui freine son évolution), le non-fumeur, lui, prend les choses en main. Il doit avancer, apprendre à surmonter l’état de manque.
Gardez bien en tête ce conseil pour arrêter de fumer : Quand l’état de manque apparaît en soi, l’accueillir comme un phénomène normal, utile, bon pour soi, se dire que c’est l’occasion d’avancer, que c’est positif.

7) Renforcer son corps

On gère l’état de manque grâce à son corps, car l’état de manque est une manifestation physique. Contrôler le manque est donc une activité physique qui demande à ce que le corps soit bien entretenu.
Votre corps gère bien le manque tabagique quand : Le sommeil a été suffisant, vous avez bu suffisamment d’eau, vous avez mangé équilibré, vous avez bougé suffisamment.
C’est tout.
C’est important d’avoir une bonne hygiène de vie dans la période de sevrage tabagique car un problème à ce niveau là va se répercuter sur l’équilibre hormonal et risque alors d’entraîner des sensations de manque.
De plus, on a besoin d’énergie pour gérer le manque.
Ainsi, une hygiène de vie défaillante crée du manque, et en plus, gène la gestion du manque.
Arrêter de fumer est l’occasion pour aller se coucher une heure plus tôt, boire une ou deux bouteilles d’eau minéral chaque jour, augmenter sa ration de fruits et légumes frais, d’éliminer la junk-food, de se mettre au sport, de diminuer l’alcool. Meilleur est votre hygiène de vie, meilleure est la gestion du manque par votre corps.
Conseil pour arrêter de fumer sans grossir : profitez de cette période pour bichonner votre corps, pour adopter un régime équilibré, donner du repos à votre corps, pratiquer de l’exercice, boire 3 litres d’eau pure, etc.
Quand l’état de manque apparaît en soi, vérifier si ça ne vient pas d’une nuit trop courte, d’un problème d’hydratation, d’un régime alimentaire déséquilibré ou d’un manque d’activité. Profitez du moment pour boire un grand verre d’eau ou manger un fruit.

8) Gérez votre manque vite et bien.

L’état de manque est un phénomène fascinant, vous devez vous en occuper brièvement, puis passer à autre chose. L’erreur que l’on fait facilement, c’est de s’appesantir sur cet état de manque. Passer trop de temps à l’observer, à le gérer, bloquer dessus.
Par exemple ne passez pas trop de temps sur ce texte. Lisez le avec attention, réfléchissez brièvement sur comment agit le manque chez vous, puis retournez à votre vie.
Suivez ce conseil pour arrêter de fumer : Quand l’état de manque apparaît, prendre un petit moment pour vous en occuper exclusivement. Puis passez à autre chose.
Dites vous ceci : “Je vais m’occuper de cet état de manque pendant une poignée de minutes (ou secondes), puis il aura disparu et je reprendrai mes activités.

9) Parlez à votre manque :

Si vous avez lu attentivement ce qui précède, vous savez comment considérer le manque. Le plus simple maintenant, c’est de vous adresser au manque, directement quand il se présente, et de lui dire quoi faire. Vous savez quoi lui dire maintenant. Vous savez à qui vous avez affaire.

Imaginez. Le manque arrive. Faites une pause pour vous en occuper. Restez relax. Parlez lui gentiment. Considérez le manque avec bienveillance (c’est un partenaire).

Dites quelque chose comme :

  • Manque, mon ami, bonjour, sois le bienvenue…
  • Manque, j’ai deux minutes à te consacrer, puis tu t’en iras et je reprendrai mes activités…
  • Manque, voyons d’où tu viens : mauvaise nuit ? pas assez d’eau ? mal mangé ? inactivité ?
  • Manque, je bois un grand verre d’eau en ton honneur !
  • Manque, je dois te remercier : tu me fais avancer, tu m’aides à progresser…
  • Manque, tu es un phénomène physique normal, passager, fait pour m’aider…
  • Manque, l’effort pour te gérer est si bien récompensé…
  • Manque, quelle joie de savoir te gérer ; je me sens libre, je respire bien, ma peau est saine, je prend soins de moi, j’ai plus d’argent.
  • Manque, s’occuper de toi demande un effort, mais tu me donnes tant en retour…
  • Manque, mon ami, au revoir, merci d’être venu, à la prochaine…

Conclusion :

Arrêter de fumer est plus facile qu’on ne le pense. Se libérer du tabagisme demande juste une orientation d’esprit basée sur le contrôle de l’état de manque. Tout ce dont vous avez besoin pour arrêter de fumer se trouve dans cet article.

Certain diront “C’est tout ?”.
Ma réponse : “C’est tout !
J’ajoute : “Essayez ! Ça marche !

Je crois que cette méthode pour arrêter de fumer peut sauver des milliers de personnes.
Je crois que cette méthode contre le tabagisme peut s’appliquer aux cures de désintoxication (cannabis, héroïne, cocaïne, jeux, etc.).
Lisez ce texte une ou deux fois, adoptez l’orientation d’esprit proposée. Dès maintenant, ou demain, ou après demain, débutez votre vie de non-fumeur.
Tranquillement, simplement, sans trop réfléchir. Tentez. C’est étonnant comme ça marche ! C’est magique !
Les états de manque se manifestent surtout les premiers jours, puis régressent vite, à mesure qu’on apprend à les gérer.
Comme dit plus haut, le manque a plein de qualités, mais il est assez inconfortable.

Souvent les fumeurs veulent savoir combien dure la période de sevrage. Réponse très générale : L’inconfort du manque augmente vite les 3 premiers jours de l’arrêt du tabac, puis régresse vite les 3 jours suivants. Quand vous entamez la deuxième semaines sans tabac, le manque peut apparaître 2 ou 3 fois par jours mais vous savez mieux le gérer et il régresse chaque jours. Quand vous entamez la troisième semaine, le manque viendra vous voir une fois par jour, mais vous saurez très bien le gérer. Au bout d’un mois, l’idée de fumer vous traverse l’esprit rarement. Par la suite, le manque peut toujours réapparaître à l’improviste même des années après la dernières cigarette, dans des occasions spéciales (ça m’arrive encore une ou deux fois par an), le danger est qu’on n’est plus habitué à gérer ce manque, alors il ne faut pas se faire surprendre, reprendre ses esprits, se remettre en mode gestion du manque rapidement.

Très vite, on devient un expert en gestion du manque, ce qui est une compétence très utile quand il s’agit de vivre sa vie pleinement. Dépasser ses frustration, suivre ses choix. Voilà ce que cette méthode vous apprend quand vous la pratiquez.
Nombreux ceux qui, en s’arrêtant de fumer, changent complètement de vie, ayant un meilleur contrôle d’eux même. C’est étonnant où arrêter de fumer peut vous mener.
Merci, bonne journée, donnez moi de vos nouvelles.

Cette méthode pour arrêter de fumer vous a bien aidé ? Dites le. Cette méthode de sevrage tabagique pourrait être améliorée ? Dites le. Vous avez déniché des fautes, des coquilles ? Dites le. Vous avez une idée sur comment diffuser cette méthode de sevrage ? Dites le. Vous avez des questions ? Dites le. Vous voulez lancer des félicitations ? Dites le.

Merci diffuser cette méthode contre le tabagisme au maximum autour de vous. Je pense que c’est la meilleur méthode pour arrêter de fumer.

Vous pouvez aider à faire connaître cette méthode d’arrêt du tabac de manière simple : En laissant un commentaire, en notant cet article, en relayant cette page sur Facebook/Twitter ou autre, en traduisant cet article, en en parlant autour de vous, en envoyant cette méthode aux fumeurs que vous aimez, en imprimant cet article et en le donnant autour de vous, etc.

Vous pouvez aussi faire un don, je m’engage à ne faire aucun bénéfice, tout l’argent récolté servira à une plus grande diffusion de la méthode.

Vous pouvez réutiliser cette méthode librement, l’imprimer, la copier, la citer, l’utiliser dans un cours, organiser des conférences, des tables rondes, gagner de l’argent avec … Votre seule obligation est de citer son auteur et de faire un lien vers cette page.